top of page
Rechercher

Construire son projet de vie : 5 règles fondamentales

Dernière mise à jour : 17 janv.







Un projet de vie est une vision, plus ou moins précise et détaillée, de notre existence dans le futur.

Ce projet peut concerner un aspect spécifique de notre vie, mais il peut également viser son intégralité. Il peut être mis en œuvre pour une période définie dans le temps mais également pour votre vie tout entière.

 

Gardez à l’esprit qu’un projet de vie adapté à votre personnalité vous fera gagner des années de vie en améliorant la qualité de celle-ci (il s’agit là d’une conséquence importante mais qui passe pourtant souvent inaperçue).

Il y a presqu’autant de projets de vie que d’individus : un projet de vie peut concerner le fait de se mettre en couple, d’avoir des enfants, mais aussi de changer de parcours professionnel, de réaliser enfin un rêve d’enfant et bien d’autres choses encore.

Mais quand arrive le moment de construire ce projet, les mêmes règles sont toujours de mise.

 

Ainsi, cinq règles sont nécessaires pour construire votre projet de vie, quel qu’il soit :

 

Règle#1 : Prenez le temps de retrouver votre vision d’enfant ou d’adolescent. Quel était votre rêve à cette époque ? Demandez-vous si cette vision est toujours d’actualité pour vous (pour l’instant ne vous demandez pas si elle est réalisable, vous verrez cela plus tard). Vous pouvez également vous interroger sur votre vision actuelle : à côté de quoi avez-vous l’impression de passer dans votre vie ?

 

Règle #2 : Puis établissez les grandes lignes de votre projet de vie à partir de cette première réflexion. Écrivez-les et n’hésitez pas à les développer si besoin pendant plusieurs jours.

 

Règle #3 : Identifiez les valeurs essentielles sur lesquelles vous pouvez vous appuyer. La connaissance de ces valeurs est importante pour que votre projet repose sur une base solide.  

 

Règle #4 : Évaluez les ressources nécessaires pour réussir votre projet. Distinguez celles que vous possédez déjà de celles qui vous restent à acquérir.

Évaluez également, et le plus précisément possible, les divers empêchements pouvant concourir à faire échouer ce projet.

 

Règle #5 : pour finir, définissez des objectifs précis, évaluables et limités dans le temps. Établissez un plan d’action réaliste.

 

 

*

 

 

Entrons maintenant un peu plus en détail dans chacune de ces règles.

 

 

1° La vision est souvent construite autour d’un rêve d’enfant. Ce que vous auriez toujours voulu faire mais que vous n’avez jamais fait. Quelquefois parce que vous n’avez pas osé imposer votre propre vision de vous-même et de votre propre vie, d’autres fois parce vous avez pensé que ce projet était disproportionné par rapport à vos possibilités réelles.

Toutefois une vision n’est pas un projet. À ce stade en effet votre projet est encore trop vague. Il vous faut donc maintenant passer de la vision au projet à proprement parler.

 

La première question importante à laquelle il vous faut répondre avant d’aller plus loin est : pourquoi voulez-vous lancer ce projet ?

Il faut garder à l’esprit en effet qu’un bon projet fait pour des mauvaises raisons est un mauvais projet.

Il faut également déterminer qui est l’auteur réel de ce projet, vous-mêmes ou quelqu’un d’autre ? Est-ce que vous vous affiliez inconsciemment au projet de quelqu’un d’autre ?

En effet, il n’y a que si ce projet est le vôtre en propre qu’il devient l’expression de votre liberté. Répondez à ces questions avant de continuer le travail d’élaboration de votre projet.

·      Quelles sont les raisons qui déterminent, selon vous, le choix de ce projet ?

·      Ce projet vous appartient-il vraiment ? Est-ce que vous ne mettez pas vos pas dans les traces de quelqu’un d’autre ?

 

Pour terminer sur ce point, les contraintes n’empêchent jamais de réussir un projet. La prise en compte des contraintes fait partie en effet de l’élaboration d’un projet. Sans cette dimension propre aux contraintes, le projet n’est qu’une vague rêverie qui ne se concrétisera jamais.

 

 

3° Par ailleurs, la mise en œuvre de votre projet repose sur une bonne connaissance de vous-mêmes.

Cette connaissance intime repose à son tour sur l’identification de vos valeurs essentielles. Si, par exemple, ces valeurs essentielles se centrent autour du partage plutôt qu’autour de la réussite professionnelle, votre projet devra en porter la trace.

 

4° Toutefois la connaissance de ces valeurs ne suffit encore pas, il faut aussi estimer à son juste niveau les ressources dont vous allez avoir besoin pour votre projet, en prenant le soin de distinguer celles dont vous disposez déjà et celles qu’il va falloir acquérir.

 

De même, il est tout aussi important de tenir compte de vos empêchements. Et donc, en premier lieu, de tenter de les identifier. Sinon ces empêchements viendront contrecarrer la mise en œuvre de votre projet.

 

Notez à ce sujet que viser un projet surdimensionné est une manière de ne pas le réussir, c’est une « ruse » de notre diable intérieur, celui qui ne veut surtout pas que nous réussissions quelque chose puisque son intérêt (et donc le nôtre, puisque ce diable intérieur, c’est nous) est que rien ne change : échouer est donc notre « bénéfice secondaire » dans cette affaire (« que tout change afin que rien ne change » suivant la célèbre citation du Guépard).

Une autre manière de ne pas réussir son projet est de surévaluer les ressources disponibles et surtout de mal évaluer celles qui restent à acquérir.

De même, penser que tout va toujours bien se passer (le sur-optimisme au lieu d’un optimisme réaliste) est aussi une manière détournée de faire capoter son projet.

 

5° Une fois ce travail préparatoire effectué, il sera possible de vous fixer des objectifs.

 

Ces objectifs doivent être divisés en sous-objectifs et en objectifs tremplin. Ils doivent obligatoirement être accompagnés d’un plan d’action réaliste.

 

Pour finir, n’oubliez pas qu’un bon projet fonctionne comme un aimant qui va attirer d’autres personnes.

Développer un projet permet ainsi de sortir d’une forme de solitude. Un projet est personnel, certes, mais il impliquera toujours d’autres personnes à plus ou moins long terme. Il permet de créer un réseau de connaissances et de futurs amis intéressés par votre projet.

Un bon projet donne du sens à notre vie.

 

Conclusion :

 

Un projet de vie réaliste doit satisfaire plus ou moins directement les six domaines de vie suivants :

·      Vie émotionnelle (peur, anxiété, autres émotions, stress, attachement)

·      Vie affective et relationnelle (amour, sexualité, couple, famille, amitié, relations humaines en général)

·      Vie matérielle (satisfaction des besoins)

·      Vie professionnelle (objectifs, ressource, carrière)

·      Vie personnelle (objectifs, ressources, développement personnel)

·      Vie spirituelle (valeurs, croyances, foi, développement )

 

Il importe donc de vous poser quelques dernières questions avant de valider définitivement votre travail : par exemple votre projet personnel impacte-t-il votre vie professionnelle et relationnelle ? Ou bien, votre projet professionnel est-il en rapport avec votre vie spirituelle, satisfait-il votre vie matérielle ? Etc. Bien sûr il est impossible de cocher toutes les cases, mais dîtes-vous que si votre projet ne rompt pas l’équilibre qui règne entre ces six domaines (voire en apporte un meilleur) alors il a d’autant plus de chances de prospérer.

 

Je vous souhaite de réussir la mise en œuvre de votre projet et vous rappelle en conclusion que vous pouvez également vous faire aider dans cette démarche par un professionnel, qu’il soit psychologue ou coach.

7 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page